14 août 2022

Zoonoses

Partager avec :

Toutes les épidémies ont une origine animale Covid-19, fièvre Ebola, virus Marburg, grippe aviaire. On les appelle des « zoonoses ». Selon les propos du directeur général de l'AIEA, Rafael Mariano Grossi, la technologie nucléaire permet de mieux les détecter. Celui-ci s'associe à l'Institut Pasteur dans le cadre du projet « ZODIAC » (Zoonotic Disease Integrated Action), une action intégrée contre les zoonoses  lancé en 2020.

Les technologies dérivées du nucléaire font un apport très important au moment de l'identification, très tôt de l'émergence de pathologies d'origines zoonotiques. Le projet a des antennes en Afrique, l'Institut Pasteur et d'autres, qui vont s'intégrer pour établir un réseau d'alerte de l'émergence de pathologies qui pourraient évoluer vers des pandémies.

Le test PCR utilisé pour détecter le virus du Covid-19 est un exemple. C’est une technologie dérivée du nucléaire. Alors concrètement, comment va se traduire ce partenariat? Le professeur Amadou Sall est administrateur général de l'Institut Pasteur de Dakar. Il a affirmé qu’aujourd'hui, quelqu'un qui travaille dans un laboratoire, qui a besoin d'être formé à cette technique de détection, peut être appuyé par l'AIEA et l'Institut Pasteur. Le but est de transférer ces technologies vers des pays qui en ont besoin ou des laboratoires qui n'en n'ont pas la capacité. Il y a un volet de recherche pour essayer de mettre au point de nouvelles méthodes encore plus sensibles et qui vont beaucoup plus vite.

Sand Rah

Photo d’illustration