14 août 2022

Les relations trilatérales Chine-Indonésie-EAU en plein essor ! 

Partager avec :

Depuis la pandémie de COVID-19, les trois nations ont établi une triade de relations approfondies et mutuellement bénéfiques.

Le développement des liens entre la Chine et les Émirats arabes unis (EAU) a été largement évoqué. Il en va de même pour la coopération croissante de la Chine avec l'Indonésie, ainsi que pour le rapprochement de cette dernière avec les EAU, qui s'est concrétisé ces dernières années par une myriade d'accords de coopération. Ce que l'on sait moins, c'est que ces différents volets de la coopération bilatérale ont donné naissance à des relations trilatérales croissantes entre l'Indonésie, la Chine et les EAU.

Le premier domaine dans lequel les relations trilatérales ont émergé est celui des vaccins COVID-19. En 2020, la ministre indonésienne des Affaires étrangères, Retno Marsudi, a déclaré que le gouvernement indonésien avait signé un accord avec la Chine et les EAU pour l'achat de 20 à 30 millions de doses de vaccins à utiliser d'ici la fin de l'année 2020 et pour la sécurisation d'environ 290 à 340 millions de doses d'ici 2021.

En outre, en août 2020, un consortium dirigé par des entreprises des EAU et de Chine a proposé de collaborer avec l'Indonésie pour la recherche et la fabrication de vaccins contre le coronavirus. L'accord, qui a été signé par Group 42, une entreprise d'intelligence artificielle et d'informatique en nuage basée aux Émirats arabes unis, et Sinopharm, une filiale de China National Biotech Group, était le premier essai clinique de phase III d'un vaccin COVID-19 partout dans le monde.

Les essais cliniques étaient menés à Abu Dhabi sous la direction du département de la santé de la ville. Par la suite, il a été question d'étendre la collaboration à Bio Farma, le fabricant public de vaccins en Indonésie.

Jodi Mahardi, porte-parole du ministère indonésien de la coordination des affaires maritimes et des investissements, a affirmé que la possibilité d'une collaboration était le résultat des liens étroits de l'Indonésie avec les Émirats arabes unis et la Chine, ainsi que des liens solides de Pékin avec Abu Dhabi.

Outre les vaccins, le développement des relations trilatérales s'observe également dans les investissements en infrastructures. En septembre 2021, des représentants des Émirats arabes unis se sont rendus en Indonésie pour discuter de la construction éventuelle d'une station balnéaire dans une zone marécageuse de 40 000 hectares à Singkil, dans la province d'Aceh, un investissement d'une valeur de 500 millions de dollars. Il a été rapporté que la visite des officiels des EAU à Jakarta était accompagnée de représentants chinois qui souhaitaient s'impliquer dans ces investissements.

Le renforcement potentiel de cette relation trilatérale peut également être ressenti dans le projet de l'Indonésie de déplacer sa capitale. Il a été confirmé que les Émirats arabes unis sont disposés à fournir une injection de fonds pour la construction coûteuse de la nouvelle capitale Nusantara.

Selon le chef du conseil de coordination des investissements en Indonésie, Bahlil Lahadalia, les EAU investiront 10 milliards de dollars dans la construction de la nouvelle ville. Les investissements seront dirigés vers trois secteurs, à savoir les infrastructures, les technologies de l'information et les zones industrielles vertes. En outre, Jakarta et Abu Dhabi ont également convenu de coopérer sur des projets liés à l'environnement, en se concentrant spécifiquement sur la préservation des mangroves.

Dans le même temps, la Chine a également exprimé son intérêt pour investir dans la nouvelle capitale dans divers secteurs, notamment les infrastructures, les matières premières, les infrastructures de transport et les initiatives industrielles vertes. Étant donné que les investissements prévus par les Émirats arabes unis et la Chine concernent des secteurs similaires ou qui se chevauchent, il est probable que la nouvelle capitale de l'Indonésie implique une bonne dose de coopération trilatérale entre les trois nations.

L'émergence de ce modèle de coopération trilatérale n'est pas surprenante. Comme nous l'avons mentionné précédemment, les relations entre la Chine et l'Indonésie ont connu une croissance significative ces dernières années. L'Indonésie considère la Chine comme un partenaire économique important, tandis que la première est considérée par la seconde comme un pays crucial pour la réalisation de l'initiative "la Ceinture et la Route" (BRI).

Étant donné que les investissements chinois en Indonésie ont suscité des sentiments négatifs croissants en raison de la longue histoire du sentiment anti-chinois dans le pays, des impacts négatifs des investissements chinois et de la forte opposition locale à la politique chinoise du Xinjiang, l'Indonésie considère l'implication des EAU dans les relations croissantes entre la Chine et l'Indonésie comme un moyen d'équilibrer ces perceptions locales.

C'est ce qu'a affirmé Luhut Pandjaitan, le ministre indonésien chargé de la coordination des affaires maritimes et des investissements, qui a appelé les Indonésiens à mettre fin à tout acte de xénophobie à l'égard de la Chine et de son peuple et a déclaré que "les gens ne devraient pas être en colère lorsque la coopération entre l'Indonésie et les EAU inclura également la Chine."

Dans le même temps, la Chine entretient également des liens croissants avec les EAU, que Pékin considère comme l'une des portes d'accès au Moyen-Orient élargi. Il est important de noter que depuis l'introduction de l'IRB en 2013, Pékin a également étendu ses ancrages politiques, économiques et culturels au Moyen-Orient, qui se trouve à cheval sur les composantes africaine et européenne de l'IRB. D'ailleurs, Xi Jinping a affirmé ce mois-ci l'importance des pays du Moyen-Orient lors de réunions parallèles avec un certain nombre de dirigeants arabes pendant la cérémonie d'ouverture des Jeux olympiques d'hiver de Pékin 2022.

Ainsi, les collaborations avec Jakarta et Abu Dhabi sont considérées par Pékin comme un moyen de faire d'une pierre deux coups, en lui permettant de renforcer ses liens avec deux partenaires importants simultanément.

Dans le même temps, les Émirats arabes unis, avec leur politique de "regard vers l'Est", ont tenté de diversifier leur politique étrangère en s'éloignant de leurs partenaires occidentaux traditionnels pour consolider leurs liens avec les économies asiatiques en pleine croissance. En plus de répondre positivement à l'implication croissante de la Chine au Moyen-Orient, le gouvernement d'Abu Dhabi a également étendu son partenariat avec l'Indonésie. La coopération entre l'Indonésie et les EAU a connu un développement assez rapide dans les domaines économique, social et culturel. Les deux nations ont signé 16 protocoles d'accord en 2020, qui ont été suivis de divers accords l'année dernière.

Compte tenu des facteurs susmentionnés, il est fort probable que la coopération trilatérale entre l'Indonésie, la Chine et les Émirats arabes unis se poursuive et s'étende à d'autres domaines.

RT

Crédits photos : TD USA