15 avril 2024

Hausse du prix du super au Congo Brazzaville : Risque d'inflation majeure

Partager avec :

Depuis ce week-end, une augmentation considérable de 25% du prix du super au Congo Brazzaville suscite des inquiétudes quant à une possible inflation généralisée. Le gouvernement justifie cette décision en se référant aux recommandations du Fonds Monétaire International (FMI) mettant fin aux subventions sur les produits pétroliers. Cependant, les conséquences de cette mesure préoccupent les citoyens et les associations de consommateurs, qui dénoncent l'absence de mesures d'accompagnement.

À la station-service Château d'Eau, dans le sud de Brazzaville, les automobilistes ont été choqués de constater une augmentation de 25% du prix du litre de super, selon les informations relayées par RFI. Il est passé de 625 francs CFA à 775 francs CFA. Cette hausse soudaine contrarie les consommateurs, qui estiment qu'il aurait d'abord fallu augmenter les salaires avant d'augmenter les prix.

Les chauffeurs de taxi, fortement touchés par cette augmentation, expriment leur colère face à ces nouveaux tarifs du super, car cela signifie qu'ils doivent faire face aux mêmes dépenses tout en maintenant les mêmes tarifs pour leurs services. Ils se sentent coincés, sans autre choix que de continuer leur travail malgré des difficultés financières croissantes. Cette augmentation a également des conséquences économiques plus larges, car elle impacte l'ensemble de l'économie, y compris les services dépendant du carburant.

Cette hausse de 25% s'ajoute à une précédente augmentation de 5% en janvier, et les experts avertissent que cela pourrait entraîner une inflation élevée. Les spécialistes estiment que le secteur des transports, crucial pour l'approvisionnement des marchés et des services, sera fortement affecté. Les autorités sont accusées d'avoir agi précipitamment en augmentant le prix sans mettre en place les mesures nécessaires pour aider les chauffeurs de taxi qui luttent avec des revenus limités et des coûts de carburant élevés. La population exprime sa préoccupation quant à l'impact de cette décision sur leur pouvoir d'achat et leur capacité à subvenir à leurs besoins quotidiens.

 

Crédit photo : La Libre Afrique