24 juillet 2024

Économie : Accord céréalier de la mer noire, conséquence pour l’Afrique

Partager avec :

Le ton monte au Kremlin concernant l'accord céréalier de la mer Rouge, un contrat signé en juillet 2022 entre les deux pays à Istanbul. À l'approche du renouvellement de l'accord, la Russie menace de se retirer de cet accord.

Le gouvernement russe est catégorique quant à une éventuelle continuité de l'accord céréalier ukrainien de la mer Rouge. Il demande le respect des conditions déjà établies, ainsi que l'ajout de nouvelles exigences que le Kremlin souhaite imposer.

Contexte

L'accord a été signé en Turquie en pleine guerre entre les deux pays antagonistes. Le Kremlin pense que les pays occidentaux profitent des sanctions économiques russes pour détourner les cargaisons de céréales ukrainiennes afin de combler les lacunes céréalières de leurs partenaires à l'ouest de l'Ukraine. Par conséquent, la Russie, qui exporte une quantité importante de céréales vers ces pays, souhaite remettre en question l'accord d'Istanbul sans une discussion sur une nouvelle clause, selon le gouvernement russe.

La condition posée par la Russie pour une éventuelle prolongation de l'accord est le rétablissement de la grande banque agricole russe "Rosselkhozbank" dans le réseau Swift au niveau international, rapportent les négociateurs russes.

Conséquences pour l'Afrique

Cependant, si l'autre partie s'oppose à cette nouvelle clause russe, le Kremlin menace de boycotter les exportations de céréales ukrainiennes vers l'Afrique, affirment les négociateurs russes. BFM indique que des pays africains tels que la Tunisie, l'Algérie et la Libye dépendent de ces exportations ukrainiennes de céréales, tout comme les pays de la Corne de l'Afrique.

Poutine promet de fournir de la nourriture à l'Afrique

Malgré cela, le président russe a confirmé que si la Russie ne prolongeait pas cet accord, il s'engagerait à fournir les besoins céréaliers des pays d'Afrique, en particulier pour les pays les plus nécessiteux. "Si nous décidons finalement de ne pas prolonger cet accord dans soixante jours, alors nous sommes prêts à livrer gratuitement depuis la Russie tout le volume qui était destiné ces derniers temps aux pays les plus nécessiteux d'Afrique", a déclaré Vladimir Poutine lors de la conférence parlementaire internationale Russie-Afrique à Moscou, devant les responsables africains.

Le président russe reconnaît lui-même que son partenariat avec l'Afrique est essentiel alors qu'il fait face à une puissante coalition internationale en raison de son invasion de l'Ukraine, indique La Croix.

De plus, Vladimir Poutine est à la recherche de nouveaux partenaires et cherche à les courtiser après ces sanctions. C'est dans ce contexte qu'il promet la sécurité alimentaire du continent africain, dans le cadre d'une nouvelle coalition russo-africaine.

Ce sujet sera largement abordé lors du sommet Russie-Afrique qu'il organise du 26 au 29 juillet prochain.

Crédit photo: DW