24 juillet 2024

Marche en blanc pour l'éducation : "Vanon-ko lakana" appelle à l'action suite aux fuites aux examens du baccalauréat

Partager avec :

Ce jeudi 27 juillet, la plateforme malgache « Vanon-ko lakana » a déposé une lettre ouverte au ministère de l’Enseignement supérieur et de la recherche scientifique (Mesupres) pour mettre en lumière les incidents répétitifs de fuites aux examens du baccalauréat à Madagascar. Les sujets d’histoire et de géographie ont été compromis en 2019 et 2023. Ces fuites ont eu des conséquences importantes, notamment la tenue d’une deuxième session en 2019 et la modification des horaires des épreuves pour les élèves lors des récentes éditions.

Une marche pacifique à la place de la démocratie Analakely

En réponse à ces événements inquiétants, "Vanon-ko lakana" se positionne comme lanceur d'alerte, soucieux de l'avenir de l'éducation dans le pays. Pour marquer leur solidarité envers les élèves et les parents concernés, la plateforme a décidé d'organiser une marche pacifique. Celle-ci aura lieu ce samedi 29 juillet, débutant à 10 heures à la place de la démocratie d'Analakely. « Parents d'élèves, représentants étudiants, syndicalistes, membres de la société civile, enseignants et membres de "Vanon-ko lakana" se mobiliseront pour exprimer leur préoccupation face à ces incidents récurrents »explique Aurélien Razafitendry, membre de la plateforme.

La marche, qui se veut apolitique, se déroulera sous le signe d'un code vestimentaire en blanc. Toute personne souhaitant participer est invitée à s'inscrire sur la page officielle de la plateforme afin d'assurer la sécurité de l'événement, le nombre de participants étant limité à 100.

La plateforme exige des excuses pour toutes les victimes des fuites aux examens

L'objectif de cette manifestation citoyenne est de sensibiliser l'État à l'importance de l'éducation et à la nécessité de prendre des mesures concrètes pour préserver l'avenir de la jeunesse malgache. "Vanon-ko lakana" exige une excuse publique de la part des autorités à l'égard des élèves, des parents et de toutes les personnes affectées par ces fuites. De plus, la plateforme demande des explications du ministère de tutelle sur ces incidents et réclame que les auteurs de ces actes soient punis conformément à la loi, sans aucune distinction.

Cette affaire a déjà suscité l'attention des autorités, puisque la chambre haute malgache a convoqué cette semaine le ministre de l'Enseignement supérieur pour examiner la situation liée à l'examen de baccalauréat.